Repiquage de plantes cultivées in vitro

Que faire de plantules achetées en flacon ?

Avant de repiquer les plantules, attendre qu'elles soient suffisamment développées. Ne pas tenter d'ouvrir les flacons qui forment un milieu stérile et clos et ne pas être effrayé de voir le flacon trop « rempli ».

Avant le repiquage, préparer des pots pour le rempotage en les remplissant de charbon de bois et d'argile expansé que vous recouvrerez de sphagnum : cette mousse naturelle a le double avantage d'apporter l'humidité nécessaire et de combattre les maladies cryptogamiques qui constituent le principal risque pour les jeunes plantes.

Une fois les pots préparés, vous devrez sans doute casser délicatement les flacons pour pouvoir retirer les plantes que vous rincerez dans un récipient empli d'eau de pluie tiède assaisonnée d'un fongicide large spectre comme le benlate. Éliminez tout trace du milieu nutritif.

Laisser les plantules sécher à l'air libre pendant quelques heures. Puis installez-les dans les pots à un endroit ombragé, sans chercher à enterrer les racines. Pour permettre aux plantes de passer de l'atmosphère close et humide dans laquelle elles vivaient, brumisez-les 1 fois par jour et couvrez les pots d'une vitre ou d'une cloche transparente pour maintenir une forte humidité au début et aérez progressivement. Donnez-leur une brumisation à l'engrais ultra-dilué une fois par semaine.

Lorsqu'elles se seront développées, rempotez les selon le mode habituel.

Photos de l'essai de Jérôme Arnouf

jarnouf1.jpg
2 flacons d'orchidées in vitro : celui de gauche contient des plantes trop jeunes pour être repiquées.
jarnouf2.jpg
Les plantules rincées ont été mise au sec quelques heures.
jarnouf3.jpg
Les plantules sont dans des pots sur du charbon.
jarnouf4.jpg
Une cloche pour tenir tout au frais...

Site des orchidouxdingues : Sortir des plantules de flacon

Essayer de semer soi-même

Le semis direct sur compost de la plante mère était couramment pratiqué par les orchidiculteurs; il est aujourd'hui remplacé par la culture in-vitro dont voici quelques pages qui m'ont paru pertinentes. Quelques recettes pour fabriquer le milieu de gélose, du sérieux et du bricolé à essayer :

  1. Orchidée 54 : Cahiers Techniques n°1 culture in vitro. Féconder et croiser les plantes mères, récolter les gousses, les semer en milieu artificiel…
  2. Noël Bernard et la symbiose « Pour semer des graines d'Orchidées, il y a donc deux méthodes : la méthode empirique et la méthode scientifique, celle-ci pouvant utiliser la symbiose ou non.
    La méthode empirique la plus ancienne consiste à jeter les graines sur le compost même de la plante-mère ou d'une autre plante de même espèce qu'elle. On choisit pour cela une plante dont le compost n'est pas usé, qui n'aura pas besoin d'être rempotée avant un an au moins, une plante dont les racines sont bien saines et parcourent le compost. On la place dans un endroit chaud et humide […].
    Cette méthode est encore employée souvent pour les semis de Cypripedium. »
  3. Lycée Diderot Narbonne, atelier scientifique SVT : La culture in-vitro des graines d'orchidées
  4. Association Auboise d'Orchidophilie Exotique : La culture in-vitro « La culture in-vitro est devenue la méthode permettant de multiplier les orchidées rapidement et de manière économique en partant de graines que vous pouvez avoir récoltées sur vos plantes favorites. Nous vous présentons ici une méthode simple pour y parvenir. »
  5. Fournisseur du matériel et des substrats nécessaires : Clivia