Fiche de culture de l'Oncidium

Oncidium

Présentation

Genre américain excessivement répandu, puisqu'il en existe plus de 750 espèces, que l'on rencontre depuis les plaines chaudes des bords de mer jusqu'aux hauteurs andines, où en compagnie des Odontoglossum elles abordent presque les neiges éternelles. Tropicales, on en trouve depuis la Floride jusqu'en Argentine et au sud du Brésil, ainsi que dans les îles voisines. Cette grande diversité d'origine permet aux amateurs, dans quelque région qu'ils soient, de cultiver des Oncidium.
Très voisins des genres Brassia, Odontoglossum, et Miltonia, ce sont des orchidées sympodiales, le plus souvent épiphytes, possédant ou non des pseudobulbes, aux racines fines ou grossières.

Les pseudobulbes sont aplatis et surmontés par une ou plusieurs feuilles, de forme, de taille et de texture très variées; souvent planes, coriaces, charnues, elles peuvent être cylindriques comme chez Oncidium Longifolium Ldl (O.ceboletta), ou rappeler une oreille d'âne comme chez Oncidium aurisasinorum.

La floraison se fait en toute saison, la hampe florale, le plus souvent unique, prend naissance à la base d'un pseudobulbe; elle peut être très courte et ne porter qu'une ou deux fleurs, ou au contraire très longue et en porter des centaines; la tige peut être unique ou branchue, elle peut se développer indéfiniment, portant constamment une nouvelle fleur comme dans Oncidium papilio.

Oncidium

Les fleurs peuvent être petites, 1,5 cm chez Oncidium cheirophorum ou assez grandes comme chez O. tigrinum où elles ont 6 à 7 cm. Les couleurs les plus fréquentes sont le jaune et le marron, mais on trouve aussi le vert, le blanc, le rouge, le mauve et l'améthyste. Plus ou moins bâties sur le même type, elles présentent sur le labelle une excroissance verruqueuse dont la forme et la couleur changent selon les espèces.

De culture en général facile, pouvant être mis dans la serre à Cattleya, les Oncidium ne peuvent qu'être recommandés au débutant, en particulier les espèces d'origine mexicaine qui semblent particulièrement bien s'adapter chez nous, ainsi d'ailleurs que beaucoup d'autres orchidées ayant la même provenance.

Culture

Température et humidité

La grande majorité des Oncidium, peut être cultivée dans la serre à Cattleya, la température de nuit étant de 14 à 16° C. et la température de jour de 18 à 24 °C ou même plus. Certaines espèces sans pseudobulbes, à feuilles très épaisses telles que O. luridum supportent de plus hautes températures; au contraire, des espèces comme O. tigrinum, O. macranthum demandent la serre froide; d'autres, en particulier à petites fleurs, réussissent aussi bien en serre froide qu'en serre chaude: ainsi O. cheirophorum.

L'humidité sera maintenue autour de 50%.

Aération

Les Oncidium se plaisent dans un air fortement en mouvement surtout quand chaleur et lumière augmentent. L'air devra être moite et la température adéquate; on évitera les courants d'air chauds ou froids.

Eclairage

Les Oncidium aiment la lumière; en moyenne il leur faut entre 20 000 et 40 000 lux; ceux à feuilles très épaisses, comme O. splendidum ou O. Luridum pourront même être mis en plein soleil, mais on devra veiller à ce qu'ils ne soient pas brûlés, car leurs feuilles en souffriraient. Leur meilleure place sera près du vitrage dans la serre, ou au centre d'une fenêtre bien éclairée. Dans l'ensemble ils ne sont pas indiqués pour la lumière artificielle, quoique O. ornithorhynchum O. cheirophorum et O. papilio réussissent dans ces conditions. Avec une bonne humidité ambiante, on peut faire fleurir des variétés miniatures à feuilles chevauchantes comme Oncidium triquetrum, O. pulchellum et O. pusillum, sous lumière artificielle.

Arrosage

Les Oncidium exigent de copieux arrosages pendant leurs périodes de croissance et de floraison, ceux-ci seront ensuite diminués mais on ne laissera pas les pseudobulbes se rider; les Oncidium de serre froide demandent plus de fraîcheur. Les variétés à racines fines nécessitent un compost toujours moite, en évitant toutefois un excès d'eau qui pourrait faire pourrir les racines.

Rempotage

La racine d'osmonde convient parfaitement aux oncidiums, de même que les fibres de fougère arborescente; l'écorce de conifère étant plus indiquée pour les oncidiums à grosses racines.

Selon leur mode de croissance on emploiera: des pots, des paniers ou des plaques, de fougère arborescente ou de liège. Les pots seront choisis plutôt petits. Les oncidiums grimpants seront de préférence placés sur des plaques; pour cela on choisira une plaque suffisamment large et longue pour permettre a la plante de se développer pendant plusieurs années; celle-ci sera attachée fermement, et dans le cas de fougère arborescente, disposée de telle façon, que sa croissance se fasse dans la même direction que celle de la majorité des fibres, afin de permettre une meilleure pénétration et un meilleur drainage. Il y a intérêt, que l'on emploie le liège ou la fougère, à glisser entre la plante et la plaque une petite quantité de racine d'osmonde, qui facilitera le départ des racines.

Jusqu'au parfait établissement de la plante, l'humidité sera maintenue élevée autour des racines. Le rempotage se fera de préférence en février-mars, ou après la floraison, pour les plantes en fleurs à cette époque.

Fertilisation

De légères applications d'engrais sont utiles, surtout pour les milieux à base d'écorce. On se rappellera que trop d'azote peut empêcher la floraison.