Fiche de culture du Cymbidium

Cymbidium blanc

Présentation

Les Cymbidium sont les plus faciles parmi les orchidées; ce sont des plantes robustes, sans problème pourvu qu'on puisse leur offrir une situation plutôt fraîche et bien éclairée.

La plante présente de longues feuilles rubanées, alternes et engainantes qui finissent par tomber en formant un pseudobulbe jouant le rôle d'organe de réserve. De ces pseudobulbes démarrent les pousses, soit florales (forme cylindrique) soit végétatives (de forme aplatie). Les fleurs, durables, se présentent en grappe d'une bonne douzaine et se déclinent dans des camaïeux où dominent le vert, le jaune et le brun-rouge.

Ces plantes sont originaires des montagnes asiatiques; pour fleurir elles ont besoin d' être exposées à une alternance thermique nette entre le jour et la nuit, nécessaire à la différenciation des pousses florales.

On obtiendra ces conditions en plaçant les plantes en situation mi-ombragée au jardin de préférence, en tous cas à l'extérieur et ce d'avril à octobre. La plante peut même résister à une légère gelée!

Par la variété de leurs couleurs, leur floribondité, la longue durée de leurs fleurs, leur facilité de culture, les cymbidiums surpassent toutes les autres orchidées de serre froide. Malheureusement il est impossible de les faire fleurir dans les régions chaudes, où les nuits d'été et d'automne ne sont pas suffisamment froides, à moins de les cultiver en altitude, ou d'avoir un système de réfrigération.

Cymbidium blanc

Le genre comprend une soixantaine d'espèces largement réparties à travers l'Asie, de l'lnde au Japon et à l'Australie. La saison de floraison est variable, mais c'est surtout à la fin de l'hiver et au printemps, que la plupart des variétés fleurissent, qu'elles soient botaniques ou hybrides. Les plus beaux de ceux-ci, proviennent de croisements entre plantes originaires de l'Himalaya et plantes originaires des hauteurs de l'Annam. Actuellement, des hybridations pratiquées entre espèces naines originaires de Chine, du Japon et d'Australie donnent des plantes supportant mieux la chaleur, ce qui pourra permettre d'augmenter l'aire de culture. Ce sont des plantes sympodiales: sur un court rhizome s'insèrent les pseudobulbes, de taille et de forme variables suivant les espèces, robustes et arrondis en général: les feuilles rubanées persistent plusieurs années sur les pseudobulbes; elles peuvent avoir jusqu'à un mètre et demi. Les fleurs, grandes, délicatement colorées de vert, de jaune, de rose, de rouge ou blanches, sont de bonne texture et durent très longtemps, de six semaines à trois mois sur pied; environ un mois coupées.

Cymbidium blanc (détail)

Faciles à cultiver, les cymbidiums supportent la chaleur et le fort ensoleillement, mais veulent des nuits froides et beaucoup d'eau. Dans les régions tempérées où il ne gèle pas en hiver, ils pourront passer toute l'année dehors. Dans les autres régions il leur faudra l'abri de la serre, tout au moins l'hiver. On pourra les sortir dès que les gelées ne seront plus à craindre. On les rentrera avant les froids; ils peuvent sans dommages supporter +4° C. Leur culture en appartement, derrière une fenêtre ou à la lumière artificielle, est difficile à réussir si l'on ne dispose pas d'un balcon où l'on puisse les sortir; quoique de nouveau hybrides, dits miniatures, semblent pouvoir mieux s'adapter à ce genre de culture. L'hiver quand les boutons floraux sont bien formés, mais que les fleurs ne sont pas encore ouvertes, il faut éviter de mettre les plantes dans des pièces où la température dépasse 18° C. sous peine de voir les boutons tomber, en raison de l'atmosphère sèche.

Culture

Cymbidium jaune

Il est acquis que les cymbidiums fleurissent plus régulièrement dans les régions où les nuits d'été sont froides, ne dépassant pas 16°C, le mieux étant 13°C. C'est cette température qui provoquera la formation des épis floraux qui ne se développeront que plus tard. Néanmoins, il supportent les fortes chaleurs qui accompagnent les journées très ensoleillées, quoiqu'ils ne tirent pas profit de températures dépassant 32°C. Il tolèrent pendant un certain temps des températures dépassant 35° C à 38° C, à condition d'avoir beaucoup d'eau et une forte aération d'air humide. Pour une bonne croissance, les meilleures températures sont le jour de 24°C à 27°C, la nuit entre 7°C et 13°C. Si cela est difficile à obtenir, un système réfrigérant donnera satisfaction, à condition d'être utilisé constamment.

Les cymbidiums demandent une bonne aération et un air constamment en mouvement, ce qui est normalement obtenu à l'extérieur.

Cymbidium jaune

Dans une serre, ou ouvrira les volets d'aération et on fera marcher les ventilateurs. L'humidité relative devra être d'environ 50%. Pendant les jours très chauds, on pulvérisera le feuillage et on arrosera le sol autour des plantes. Au moment de la floraison, I'humidité sera diminuée car les fleurs sont très sensibles au Botrytis; mais là encore la bonne aération évitera la stagnation de l'air humide.

Eclairage

Durant l'été, on fournira aux plantes le maximum de lumière qu'elles peuvent supporter, sans que leur feuillage en souffre: soit entre 40 000 et 80 000 lux.

Cette forte luminosité sera d'autant mieux tolérée que les feuilles seront maintenues froides. On évitera le plein soleil de l'après-midi, en plaçant les plantes à l'aplomb de grands arbres, ou en ménageant une ombrière ne laissant passer que 70 à 80% de lumière solaire. Tout ombrage sera supprimé l'hiver, sauf dans les régions où le soleil reste particulièrement brillant.

Un léger ombrage donné aux variété à fleurs vertes ou jaunes, avant que les fleurs ne s'épanouissent, augmentera leur éclat. Après la floraison on supprimera cet ombrage.

Au contraire, chez les variétés à fleurs roses ou rouges, les couleurs seront avivées, si les fleurs se développent en pleine lumière. Mais une fois toutes les fleurs bien ouvertes, un léger ombrage prolongera leur durée.

Cymbidium orange

Arrosage

Sauf après le rempotage, les cymbidiums ne doivent jamais avoir leurs racines sèches. Selon le milieu employé, les arrosages seront plus ou moins fréquents, mais toujours abondants, afin de maintenir le compost toujours humide. En été les arrosages pourront être quotidiens. Les plantes occupant largement leur pot, ont besoin de plus d'eau que les plantes nouvellement rempotées. Durant les journées ensoleillées, il sera bon de pulvériser le feuillage. En hiver la fréquence des arrosages sera diminuée.

Rempotage

Le milieu de culture des cymbidiums doit répondre à deux exigences¬†:

Cymbidium vert

Le rempotage se pratique en février-mars pour les plantes n'ayant pas, et ne devant pas fleurir, ou de suite après la défloraison pour les autres. Jusqu'en mars-avril, les nouvelles racines ne sont pas encore développées, mais en mai-juin, elles commencent à apparaître, en on évitera soigneusement de les briser.

On pourra profiter du rempotage, pour diviser les plantes dont les pseudobulbes feuillus sont très écartés les uns des autres, et aussi pour enlever les pseudobulbes sans feuilles, quand on peut le faire sans dommage pour la plante. On laissera 3 à 4 pseudobulbes feuillus à chaque nouvelle plante en plus de la nouvelle pousse. Les cymbidiums étant très sensibles aux infections, de grandes précautions d'asepsie seront prises: flambage ou stérilisation de tous les instruments employés lors de ces manoeuvres. Les pseudobulbes enlevés seront mis de côté pour multiplication. On choisira un pot assez grand, pour permettre à la plante d'y rester deux à trois ans. Le fond du pot sera soigneusement drainé. Dans le cas de pots en plastique, ce drainage devra être assez lourd pour donner de la stabilité au pot. Après avoir mis une poignée du nouveau compost, on disposera la plante (dont on aura enlevé les racines mortes et les restes de l'ancien compost, sans blesser les racines vivantes), de telle façon que le compost qui devra arriver à environ un centimètre et demi du bord supérieur du pot, ne recouvre la base des pseudobulbes que d'un bon centimètre. Le compost sera glissé entre les racines, et tassé assez fermement. Si les mottes de racines sont en parfait état, il suffit de les glisser dans des pots plus grands en les remplissant de compost.

Après la transplantation, les plantes seront arrosées au minimum. Des pulvérisations sur le feuillage, atténueront les pertes d'eau par transpiration. Un fort ombrage est indiqué par soleil brillant, ou si la température est trop élevée après le rempotage; tout cela jusqu'à l'apparition des nouvelles racines. Une fois ce moment arrivé, les cymbidiums sont placés dans leurs conditions normales.

Fertilisation

Pour les milieux à base d'osmonde, ou contenant des feuilles de chêne ou du fumier de vache par exemple, un complément de nourriture est moins nécessaire. Cependant, I'emploi d'un engrais complet bien équilibré, donnera satisfaction en suivant le mode d'emploi. Avec les milieux à base d'écorce, de sable ou de matériaux artificiels, les applications d 'engrais sont indispensables. Ils sont pratiqués une fois par semaine ou tous les dix jours, avec une prédominance d'azote pendant la période de croissance (au printemps) et une prédominance de phosphore à la fin de l'été. Toujours faire précéder l'application d'engrais d'un lavage des racines.

Cymbidium rouge Cymbidium rouge Cymbidium rouge Cymbidium rose