Fiche de culture de l'Odontoglossum

Cambria

Présentation

Dans le genre Odontoglossum qui compte une centaine d'espèces, se trouvent les plus ravissantes des orchidées. Américaines, ces orchidées prennent naissance dans les montagnes de haute et même de très haute altitude de Colombie et du Pérou (il en existerait à 4200 mètres, à la limite des neiges éternelles) et aussi dans les hautes montagnes du Mexique, du Guatemala et de Costa Rica. Mais c'est entre 1500 et 3000 mètres que se rencontrent la plupart des espèces cultivées. Montagnardes, habituées à des climats rudes, la culture de ces plantes est difficile dans les zones tempérées chaudes, ce qui explique les magnifiques résultats, obtenus en hybridations, par les orchidophiles anglais et français, quand leurs collègues de Californie et de Floride, ne pouvaient rien réaliser. En effet il faut aux espèces d'origine andine, une température nocturne oscillant toute l'année entre 7° et 10° C. Les espèces d'origine mexicaine supportent des températures un peu plus élevées.

Odontoglossum

Ce sont des orchidées aux pseudobulbes ovales ou arrondis, parfois aplatis, portant à leur sommet une ou deux feuilles, le tout d'un vert clair brillant. Les inflorescences partent de la base des pseudobulbes, adultes ou non. Il peut y en avoir une de chaque coté. La hampe florale, jamais branchue, porte, rangées sur deux lignes, des fleurs petites ou grandes, plus ou moins nombreuses. Diversement colorées ou panachées de blanc, de jaune et de verdâtre, ces fleurs peuvent aussi être tachées de brun et de pourpre. C'est en général au printemps ou au début de l'été, que les plantes d'origine andine, et leurs hybrides (qui ont été créés par milliers) fleurissent. Cependant d'autres espèces fleurissent à toute période de l'année. Ces fleurs, le plus souvent de longue durée sur la plante, donnent aussi satisfaction en fleurs coupées.

L'appellation commerciale Cambria ➚ regroupe une multitude d'hybrides possédant, dans la plupart des cas, un Odontoglossum dans leur parenté. C'est essentiellement sous ce nom que sont vendus ces hybrides en grande surface, chez les fleuristes et en jardineries.

Culture

Les exigences culturales des Odontoglossum sont conditionnées par leur origine géographique.
On classe les Odontoglossum en trois groupes :

Cambria floraison juillet 2005
  1. ceux provenant des montagnes andines froides, dont le type est O. crispum accompagné par O lutéo-purpureum et O. odoratum,les écarts de température entre le jour et la nuit sont minimes. Les températures doivent être la nuit: l'hiver de 7°C, l'été de 10°C; le jour, il est préférable qu'elles restent autour de 15°C sans dépasser, si possible, 24°C;
  2. ceux, provenant en particulier d'Amérique centrale, qui peuvent être mis dans la serre à Cymbidium où les températures de nuit se situent entre 10 et 13°C, sans dépasser 15° C l'été et où le jour la température peut atteindre 27°C. C'est le groupe de O. bictoniense, 0. cirrhosum, 0. harryanum, 0. insleayi, 0. nobile, 0. rossii, 0. uro skinneri;
  3. ceux, qui prospérant avec 3 degrés de plus, viennent dans la serre à Cattleya, avec la nuit 16°C au plus, même l'été, et le jour 30°C au maximum.

Eclairage

Odontioda

Les Odontoglossum du type crispum demandent peu de lumière, 12 000 à 15 000 lux. Ceux du second groupe 15 000 à 20 000 lux, soit moitié moins que les cymbidium. Quant à ceux du troisième groupe, on leur donne la même quantité de lumière qu'aux Cattleya.

En cas de culture en appartement, les plantes sont placées directement derrière une fenêtre, en dehors des rayons du soleil.

Sous lumière artificielle, les plantes sont placées juste sous les tubes, sans toutefois toucher ces derniers.

Cochlioda x Cambria

Si les Odontoglossum reçoivent la bonne quantité de lumière, les pseudobulbes sont vigoureux et fermes et leur couleur, comme celle des feuilles, est vert clair; leur floraison est alors très abondante, car la floribondité est forte chez les Odontoglossum. Ils produisent souvent deux épis floraux à chaque pseudobulbe; aussi, de crainte que cela n'affaiblisse la plante, peut-on être tenté d'en supprimer un; cette pratique n'est à conseiller que si cet affaiblissement est réellement constaté.

Si pseudobulbes et feuilles sont de couleur vert sombre, c'est-à-dire que la plante manque de lumière, la floraison se fait quand même, mais cette plante est plus fragile et moins résistante aux infections.

Les Odontoglossum du type crispum ont besoin d'un taux d'humidité de 70%; ceux du second groupe bénéficient de légères pulvérisations pendant les journées très ensoleillées, quant à ceux du troisième groupe, ils exigent plutôt plus d'humidité que les Cattleya

Une bonne circulation d'air moite est indispensable pour la bonne santé des plantes.

Arrosage

Odontioda

Les Odontoglossum des deux premiers groupes demandent des arrosages abondants, leur milieu devant toujours rester moite, ce qui peut nécessiter deux arrosages par semaine, pendant la période de croissance. un peu moins souvent l'hiver. Au contraire, on laisse les racines des plantes du troisième groupe se ressuyer entre deux arrosages.

Rempotage

Tous les milieux peuvent être employés à condition de se drainer parfaitement. Les rempotages ne se font que tous les deux ans, sauf si le milieu s'est altéré. il est préférable de rempoter les odontoglossum, et genres alliés en automne (septembre, octobre).

Les arrière-bulbes perdent naturellement leurs feuilles, mais ils ne doivent pas se rider exagérément; si cela se produit, il faut craindre que le compost ne se soit détérioré; on le constate en déterrant la plante et en examinant les racines, qui dans ce cas sont détruites; il faut alors rempoter en changeant le milieu.

On choisit un pot plutôt petit, quoique la plante doive y rester deux ans. En effet les pseudobulbes étant serrés, ils n'ont pas besoin de beaucoup de place pour se développer. Au moment du rempotage, on ne laisse que trois ou quatre pseudobulbes ayant des racines à la nouvelle plante.

Fertilisation

Peu exigeants en engrais, les Odontoglossum ne recoivent qu'une application d'engrais par mois s'ils sont cultivés sur osmonde; deux fois par mois s'ils sont cultivés sur d'autres milieux, et cela seulement pendant la période de croissance.