Amène !

L'époque Saint Sulpicienne et son cortège de contre-réformes nous avaient habitués au catholicisme le plus crasse voire le plus stupide.

Notre époque lui ressemble, mais ce sont les entreprises qui nous donnent des leçons de morale, d’éthique (étique ?) au travers des supports de propagande.

L'idée est simple : Achetez chez nous, vous ferez le Bien.

Quelques exemples saignants taillés dans le web.

Assureur militant depuis 1934,

La MAIF est la mutuelle qui nous raconte des "histoires pas drôles" à la radio. Du genre « Je m'ai tué et ma concubine l'a dans l'os ». C'est pas drôle, et la MAIF va tout me réparer.

Le groupe MAIF est une société d'assurance mutuelle authentique, créée par les enseignants, par opposition aux sociétés d'assurances capitalistes. Assureur militant, il développe un système original basé sur la solidarité des adhérents et n'a pas de but lucratif. Il est ouvert à ceux qui partagent ses valeurs d'humanisme, de solidarité et de respect des personnes.


Fnac, « agitateur depuis 1954 »

Pour connaître les origines de la FNAC, il faut remonter à l'idée qu'ont eue deux amis, André ESSEL et Max THERET qui désiraient que des clients bénéficient de 7 à 25% de rabais dans certains magasins spécialisés. C'est ainsi que va naître, en 1954, la Fédération Nationale d'Achat des Cadres : c'est pourquoi, le slogan « Agitateur depuis 1954 » sera inventé (mais actuellement, il n'est plus en vigueur).

Les clients peuvent adhérer à la FNAC, ce qui leur permet de bénéficier de 7 à 25% de réduction. Pour communiquer avec ses adhérents, la FNAC crée également un journal, « Contact ». Elle revendique son originalité : l'écoute et l'alliance du client, grâce à l'action sur les prix, à la sélection des produits, à l'indépendance avec les fournisseurs, les informations des consommateurs. Elle se battra, par la suite, contre certains fabricants, pour la liberté de choix du client. 45 ans après, on retrouve toujours ces mêmes concepts plus ou moins nuancés.

La FNAC sera victime de son succès jusqu'à perdre son âme. Elle fait partie depuis 1994 du groupe Pinault-Printemps-Redoute (PPR), premier groupe français de la distribution non alimentaire, qui rassemble des enseignes aussi connues et rentables que Pinault, Printemps, Conforama, La Redoute, Finaref (services financiers)...

Modèle de lettre

La FNAC m'ayant envoyé une proposition de renouvellement (payant) de ma carte FNAC, voici la gracieuse réponse que j'ai faite à son serveur qui est resté coi.

De : "Jean-Pierre Costa" <xxx@nospam.fr>
Date : Lun 7 oct 2002 21:19

à : stoprenouvellement@fnac.com

Objet : Ca ne prend pas.

Cher agitateur depuis 1954,
J'ai bien reçu ton offre de renouvellement de ma carte Fnac (adhésion xxxxxx) que j'ai bien l'honneur de décliner.

Non seulement j'ai bien saisi que le paiement sera payé sur un relevé avec pour seul effet de déclencher un quelconque revolving de chez ta soeur Finaref dont je ne veux pas entendre parler, mais j'aimerais bien comprendre quels sont les immenses avantages que j'ai tout intérêt selon toi à poursuivre : est-ce l'abonnement à ce petit torchon baptisé Contact que tu m'adresse tous les mois ? Je n'y trouve plus ce journalisme éclairé que tu avais du temps où tu étais agitateur, la place faite à de grands photographes et à de vrais artistes.

Non, ta pub pour les DVD de films américains, les CD de Crevandi Universal,… garde la. J'ai déjà la même dans ma boîte aux lettres tous les jours : catalogue de Carrefour qui positive et de la Vie aux champs, chanson banale et triste que jette dans ma poubelle de papiers recyclés tous les jours. Faudrait-il que je paie, à un taux usuraire de surcroît, pour une de ces nuisances ?

Adieu donc Fnac devenue comme tout le monde.


Cordialement
Jean-Pierre Costa


Donner au monde l'énergie d'être meilleur

EDF nous avait habitué à une longue pratique de la laïcité industrieuse, celle du service public : quelques copeaux du catéchisme actuel rabotés sur son site.

Développement durable : un engagement de groupe

développemnt durable, respect de l'environnement, équité sociale, énergies renouvelables

Les engagements d’EDF viennent de loin : ils sont le fruit d'une longue pratique et d'une culture de service public et l'expression de valeurs largement partagées sur la scène internationale.