Le premier mariage homosexuel de France a été célébré samedi 5 juin 2004 en fin de matinée à Bègles, par le député-maire (Verts) Noël Mamère, faisant fi des polémiques politiques et juridiques suscitées par l'événement.

Alors que des manifestants "pro" et "anti" s'étaient massés devant les grilles de la mairie, la cérémonie de mariage a débuté peu après 11H00 et a duré une vingtaine de minutes.

Arrivés en Rolls Royce, Bertrand, 31 ans, et Stéphane, 34 ans, se sont dit "oui» dans la minuscule salle des mariages. « Monsieur Bertrand PAREIL voulez-vous prendre pour époux Monsieur Stéphane LEMÊME ici présent et RÉCIPROQUEMENT ? »
« Au nom de la loi, je vous déclare unis par le mariage", a alors dit le maire. Visiblement émus, les deux hommes ont échangé leurs alliances avant de signer le registre des actes de mariage avec leurs quatre témoins.
Au moment de leur remettre leur livret de famille, Noël Mamère a prononcé un bref discours, troublé par une forte émotion et essuyant quelques larmes. « Votre mariage est une première, j'espère qu'il va se banaliser », a-t-il déclaré.

A l'issue de la cérémonie, les deux époux sont sortis sur le perron de la mairie, sous une pluie de riz rose. Souriants, ils se sont embrassés à plusieurs reprises, en posant pour les dizaines de caméras et les photographes.

Le champagne sablé à la mairie puis au local bordelais des Verts, Stéphane et Bertrand ont retrouvé leurs invités pour une grande fête de NOEL.

« Je suis fier et heureux d'avoir contribué à faire avancer les droits dans notre société, en tout cas d'avoir ouvert la voie », a affirmé à l'AFP le député-maire au lendemain de la cérémonie. M. Mamère et la député (Verts) Martine Billard vont présenter lundi une proposition de loi clarifiant l'accès au mariage des couples de personnes de même sexe.

Le ministre de la Fonction publique Renaud Dutreil a qualifié dimanche « d'attentat à la loi » le premier mariage homosexuel célébré samedi à Bègles par Noël Mamère. « La loi vous pouvez vous asseoir dessus, cela n'a aucune importance », a-t'il renchéri.

Nous exprimons tous nos voeux de bonheur
aux nouveaux époux bien semblables.