Les Verts
Parti de l'Agitation Chlorophyllienne - Domi nique ma Mere
Site satirique officiel de la pensée génétiquement modifiée réchauffée à la couche d'ozone
 Sommaire Actu ¦ Communiqués ¦ Commissions ¦ Campagnes ¦ Dossiers ¦ Vie du mouvement ¦ Paroles de Verts ¦ Vert Contact ¦ Les élus Verts ¦ Elections 2004
Recherche
Rechercher

DANS LA MEME RUBRIQUE :<:P>

  • M. Mattei doit démissionner !
  • Pour sauver le nucléaire, le gouvernement tue nos rivières !
  • José Bové peut et doit sortir de prison
  • NON à l'acharnement du gouvernement contre José Bové
  • Pas de trêve pour les OGM
  • Suppression du jour de non-chasse : « Ce Ministère n'appartient qu'à vous ! »
  • Santé : le gouvernement veut endormir l'opinion

Canicule : le pire est à venir

Communiqué de Presse du 11 août 2003

Depuis plusieurs semaines la France subit une vague de chaleur importante. Elle a entraîné déjà de nombreux dégâts de toute nature et s'il n'y a eu heureusement pas de morts à déplorer en France, il n'en est pas de même dans plusieurs pays européens.

Or les scientifiques reconnaissent maintenant que dans les prochaines années, la température sera nettement supérieure à ce que nous connaissons actuellement. Ainsi après une hausse moyenne de 0,6 degré au cours du 20ème siècle, les prévisions de l'IPCC envisagent une hausse comprise entre 1,4 et 5,8 degrés pour le siècle en cours. Cela pourrait se traduire par des inondations catastrophiques d'une part et un nombre record de journées caniculaires d'autre part.

Les scientifiques s'accordent sur le l'origine de cette évolution liée pour une bonne part aux rejets de CO2 et autres gaz à effet de serre. La réduction de ces gaz devient donc une urgence mondiale.

Il ne suffit pas de déclarer que la Maison brûle, il faut agir.

Les Verts demandent un plan Marshall de réduction des gaz à effet de serre au plan européen.

Les Verts exigent que le débat sur la charte constitutionnelle environnementale soit élargi aux actions concrètes permettant une mise en oeuvre réelle et sérieuse d'une politique crédible de développement durable.

Yves Contassot

Communiqué de Presse du 12 août 2003

La canicule n'a pas débuté le mardi 12 août 2003 mais sévit depuis plusieurs semaines.

Alors que les personnes les plus fragiles sont confrontées à la fois aux problèmes liés à la pollution atmosphérique et à l'élévation considérable de la température, le Ministre de la Santé a attendu très longtemps avant de prendre en compte la souffrance et le danger.

Aujourd'hui il est avéré que plus de cent personnes sont mortes des suites de cette canicule, mais le bilan réel est sans doute beaucoup plus élevé, compte tenu des informations qui commencent à filtrer ici ou là.

Il y a quelques jours, M. Mattei contestait formellement que la canicule puisse être à l'origine de décès. Il réfutait également les informations, depuis prouvées, concernant la pénurie de moyens pour accueillir les malades.

M. Mattei n'a même pas daigné se déranger ni interrompre ses congés pour apporter son soutien aux personnels hospitaliers qui font le maximum dans des conditions très difficiles pour aider les personnes en détresse, ni pour prendre les mesures nécessaires à une politique préventive sérieuse. (…) Dans la situation actuelle et par respect pour les familles des personnes décédées, M. Mattei doit avoir la décence de démissionner.

Les Verts demandent solennellement au Premier Ministre de donner des instructions pour que des informations précises soient délivrées à toutes les personnes en situation de fragilité potentielle, par une campagne intensive de communication et par la mobilisation de tous les services et des acteurs sociauxafin, notamment, d'aller à la rencontre des personnes isolées.

M. Raffarin n'est pas qualifié pour exiger le silence dans les rangs devant une telle irresponsabilité de l'un de ses ministres. L'autoritarisme ne saurait tenir lieu de justification.

Les Verts

Contassage du 13 août 2003

PARIS (AFP) - Yves Contassot, porte-parole des Verts, a qualifié“d'assourdissant” le silence du président de la République, Jacques Chirac, dans un communiqué.

Après la publication du chiffre de “dix mille quatre cents décès (10.400) supplémentaires en France pour les trois premières semaines d'août, par rapport aux mêmes périodes des années précédentes, selon une projection des Pompes funèbres générales (PFG)”, M. Contassot a déclaré : “cette information si elle est avérée correspond à la disparition d'une ville telle que Saint-Jean-de-Luz”.

"Dans ces conditions, le silence du président de la République est plus que jamais assourdissant”, a-t-il ajouté, en demandant à M. Chirac “d'exiger la démission de M. Mattei et expliquer pourquoi devant un tel drame national, il n'a pas cru bon d'interrompre ses vacances”.

Les Verts ont également demandé qu'une “enquête exhaustive soit menée pour qu'au delà des morts la vérité soit faite sur toutes les personnes qui resteront fragilisées par la canicule, dont l'état de santé sera détérioré de manière plus ou moins irréversible”.

Contassement du 18 août 2003

Yves Contassot, porte-parole des Verts, a accusé lundi le ministre de la Santé, Jean-François Mattei, de vouloir “sauver sa tête à tout prix” dans les dysfonctionnements liés à la canicule.

"M. Mattei se révèle excellent élève de Chirac puisqu'il s'octroie l'impunité, l'absence de responsabilité, l'absence de culpabilité”, a-t-il déclaré dans un communiqué. “M. Mattei applique à sa manière le principe de précaution: sauver sa tête à n'importe quel prix, quitte à sacrifier tous les autres”, a-t-il ajouté à propos de la démission du directeur général de la Santé, Lucien Benhaim.

Pour Yves Contassot, qui avait le premier demandé la démission de Jean-François Mattei la semaine dernière, le ministre veut faire porter à ses services “la responsabilité de la totalité des dysfonctionnements” alors que des alertes avaient été adressées à son cabinet par les urgentistes.

Contasserie du 19 août 2003

Les Verts ont appelé de nouveau mardi le gouvernement à tirer toutes les conséquences politiques de la crise sanitaire due à la vague de chaleur et à se préoccuper du sort des “blessés de la canicule”.

Lors d'une conférence de presse, Yves Contassot et Marie-Hélène Aubert, porte-parole des écologistes, ont estimé que le bilan probable de 5.000 morts risquait de s'alourdir en raison du nombre de personnes “fragilisées”. “On oublie les blessés de la canicule, des gens dramatiquement fragilisés etaujourd'hui en état de dépendance. Personne ne s'en préoccupe, on les oublie”, a déploré Yves Contassot.

L'adjoint au maire de Paris a insisté sur le refus de Jean-François Mattei d'assumer la crise. “C'est d'une lâcheté totale, quand on est ministre, on assume les réussites et les échecs. La démission de M. Abenhaim, c'est l'arbre qui cache la forêt”, a-t-il dit.

Yves Contassot a insisté sur la responsabilité du ministère de la Santé, qui disposait depuis septembre 2002 d'un rapport préconisant une campagne de prévention et de communication intensive en cas d'épisode caniculaire. “La canicule était prévue. Il n'y a que le gouvernement qui ne sait pas lire les bulletins météo”, a-t-il déploré.

Il a souligné que de nombreux dirigeants de droite avaient réclamé la démission de la ministre de l'Environnement Dominique Voynet, membre des Verts,lors de la marée noire de l'Erika de décembre 1999, “qui, elle, n'avait pas fait 5.000 morts”.

Catherine Boudigou, membre du Conseil exécutif des Verts, a accusé le gouvernement d'avoir, dès son installation, réduit les budgets alloués notamment aux personnes âgées dépendantes, premières victimes de la canicule. “Pour moi, c'est un génocide, ça n'a pas d'autre nom”, a-t-elle déclaré.

Pour les responsables des Verts, “la rentrée sociale” du gouvernement “va se confondre avec cette crise sanitaire”. “Est-ce qu'on peut parler de rentrée ?A part les ministres, je crois qu'il n'y a pas eu de vacances”, a dit Yves Contassot.

Pour Catherine Boudigou, “la rentrée va être chaude” particulièrement dans les hôpitaux, prime ou pas prime”.

Les (gros) Rouges
qui tachent moins que sur
www.100CL.com et www.Litrenational.com