Prenons un exemple vraiment étonnant de la simplicité de Ouindoze :

Ce matin, fidèle en tous points à ses vastes possibilités, il a crashé comme d'habitude; mais il nous tente une esquive psychanalytique :

Ce gros baratin nous explique qu'il faut lire la documentation (c'est à dire acheter un second ordinateur, puisque l'ordinateur ne marche pas et que la doc est dessus).

On commence à voir poindre la notion de péché : mon réseau n'est pas bon, ni mon matériel (je m'étais pourtant lavé ce matin ?).

Je file aux toilettes pour vérifier l'état de mes périphériques. Tout semble comme d'habitude; peut-être est-ce une blague ?

Je décide de continuer en cliquant sur mon Raccourci (c'en est vraiment un, et saisissant !) :

Ouindoze a menti et tente maintenant de me convaincre que le Raccourci qui porte mon nom ne fait pas l'affaire.

Je sais qu'il est inutile d'essayer à nouveau : ma ressource réseau est disponible quand j'ai envie et je trouve que la disquette est très bien là sur la table. Si le mode sans échec consiste à faire des saletés !

Jusqu'où irez-vous ?

Je décide de faire Démarrer- arrêter - redémarrer (en français courant relancer la machine), car le fonctionnement avec échec marche mieux.
Je retrouve la bonne couleur, mais je m'aperçois qu'il dit que la Corbeille est protégée par Norton :
  • Pourquoi faut-il protéger sa Corbeille ?
  • Il n'y a personne sous le Bureau, ni dans la Corbeille.
  • Je ne connais personne qui s'appelle Norton.

Post-Scriptum